Le « Made in France », plus qu’un acte patriotique !

Made in France
Le Made in France fer de lance de la reprise économique.

Après une crise sans précédent, notre économie, nos habitudes, nos relations et notre modèle sociétal ont été mis à mal. Cette crise qui a touché le monde entier aura réveillé un patriotisme chez les consommateurs français et une volonté de consommer « Made in France » et encore plus local.

La prise de conscience des consommateurs français.

Il ne s’agit plus d’un phénomène de mode ou d’une volonté d’identification à une classe sociale de bien pensants, mais bien d’une tendance de fond. On voit se dessiner un nouveau modèle de consommation. Les français plébiscitent le « Made in France« . Bon nombre d’entre eux se disent prêts à modifier leur comportement d’achat pour favoriser ce mouvement.

Selon une étude de kantar, 42% des consommateurs pensent que les entreprises françaises doivent ramener les usines et toute la production sur le sol national. Selon une étude Ifop, acheter un produit français est une manière de soutenir les entreprises française pour 93% d’entre eux.

Les entreprises vont-elles suivre la tendance?

La crise a fait resurgir chez les industriels français la problématique du réapprovisionnement de matière première ou de matériel auprès de fournisseurs étrangers. Ils ont donc tous été touchés par l’incapacité à produire de façon régulière afin de reconstituer leurs stocks et cela a fait apparaître les limites de leur indépendance industrielle. Ce phénomène a donc fait émerger une tendance vers la concentration des achats auprès de partenaires nationaux voire locaux afin de garantir l’approvisionnement et pérenniser la production.

Concernant les services, on espère que la tendance suivra et que les entreprises, dans un soucis de patriotisme économique, s’efforceront de se tourner vers des fournisseurs français. Plus qu’un geste citoyen, il s’agit d’un devoir, nécessaire au sauvetage d’une multitude d’entreprises au bord de l’asphyxie. Ces sociétés, moteur de notre économie il y a encore quelques mois ne doivent pas être délaissées aujourd’hui, elles comptent donc sur une consommation « utile  » et « responsable » nécessaire à leur survie.

Peut-on espérer que cette dynamique de consommation et cette altruisme à consommer auprès d’entreprises locales, perdurent pour retrouver une puissance économique française indépendante et fière de l’être?

Anthony Blaevoet

Directeur Associé au sein du cabinet de recrutement Human Search.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :